20 novembre 2015

0 Commentaire

Nouvelles Activités Périscolaires sur 2014-2015 : à Pulnoy, les parents ont payé et la commune a fait des bénéfices !!

Nouvelles Activités Périscolaires sur 2014-2015 : à Pulnoy, les parents ont payé et la commune a fait des bénéfices !!

Le coût moyen déclaré par les communes : Il est maintenant admis (enquête ministère, enquête AMF, enquêtes médias) que le coût raisonnable moyen de la mise en œuvre de ce Temps supplémentaire (TAP) de Nouvelles Activités Périscolaires (NAP) oscille entre 130 et 170€ par enfant et par an (moins de 150€ pour plus de 60% des communes et moins de 200€ pour plus de 80% des communes), selon la taille de la commune,  la diversité des activités proposés et le statut des animateurs (bénévoles associatifs, employés municipaux, …). Pour soutenir chaque commune dans la prise en charge de ce coût, l’état verse annuellement 50€ par enfant scolarisé (que celui-ci participe ou non à ces NAP) et la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) verse 54€ pour chaque enfant participant pleinement à ces 108h annuelles de NAP (0.50€/h d’activité réellement effectuée). Sans bénévolat pour l’animation et sans participation financière des parents, une commune peut donc assurer – sans dépenses supplémentaires – ces NAP pour au moins 50% à 55% de ses enfants scolarisés dans ses écoles.   A Pulnoy, contrairement au choix de nombreuses communes, la majorité en place a – sans se soucier des conséquences des inégalités sociales – refusé l’idée de la gratuité de ces activités périscolaires pour les familles, craignant d’avoir à en prendre financièrement une partie en charge. Ainsi, pour 2014-2015, 98,70€ par élève de l’élémentaire et 72€ par enfant de maternelle ont été demandés aux parents. En conséquence, seulement 51% des enfants (146/300 soit 49% en élémentaire et 91/166 soit 55% en maternelle) ont participé à ces NAP, de nombreuses familles contrariées par cette dépense supplémentaire n’ayant pas souhaité y inscrire leurs enfants. Paradoxalement, ce faible taux de participation aurait  pu permettre un financement couvert par les seules subventions  de l’Etat et de la CAF. A quoi a donc servi la participation financière des parents ??   Si on en croit le bilan affirmé par l’équipe municipale majoritaire au conseil municipal du 21/09/2015  : « les subventions perçues ajoutées aux contributions demandées aux parents auraient tout juste permis d’équilibrer le budget dévolu à ces NAP « … Ainsi, si on additionne ce qui est demandé aux parents à ce qui est perçu de l’état et de la CAF, le coût moyen de ce TAP par enfant atteindrait 241€ à Pulnoy !! c’est 87€ plus cher qu’en moyenne dans les autres communes !!

Démonstration : (version corrigée pour ramener l’effectif participant en élémentaire de 156 (nombre retenu au départ par erreur) à 146 (nombre réel enregistré) Pour les 146 enfants, des 300 scolarisés en élémentaire,  participant aux NAP, le montant perçu est de 37294€ (300×50€ de l’état + 146×54€ de la CAF + 146×98,70€ des parents). Soit un coût TAP moyen de 255€ /enfant participant ! Pour les 91 enfants, des 166 scolarisés en maternelle,  participant aux NAP, le montant perçu est de 19766€ (166×50€ de l’état+ 91×54€ de la CAF+ 91×72€ des parents). Soit un coût TAP moyen de 217€ /enfant participant ! Au total 57060€ sont donc perçus pour assurer les NAP à 237 enfants. Soit un coût TAP moyen de 241€ /enfant participant !

Et pourtant … si on évalue rigoureusement ce qui a été effectivement nécessaire en animateurs et matériel pour assurer ces 3h hebdomadaires de NAP à ces 237 enfants, on est bien loin de ces exorbitants montants, et le coût moyen par enfant de ces NAP n’atteindrait alors que 152€ (139€ pour un enfant d’élémentaire et 174€ pour un enfant de maternelle) !!

Démonstration L’animation de ces NAP peut se faire en groupe de maximum 14 élèves en maternelle et 18 élèves en élémentaire. Le coût réel de la prise en charge d’un groupe par un animateur sur une année scolaire s’élève à 2256€ : 2106€ d’animation (3hx36semaines + 9h de préparation = 117h à 18€/h) + 150€ en matériel et/ou matériaux. Pour les 146 enfants participant aux NAP en élémentaire, 9 groupes ont été nécessaires (6 groupes Moissonnerie + 3 groupes Masserine) , donc une dépense de 20304€ (9×2256€).  Soit un coût TAP moyen de 139€ /enfant participant ! Pour les 91 enfants participant aux NAP en maternelle, 7 groupes ont été nécessaires (5 groupes Quatre vents + 2 groupes Masserine) , donc une dépense de 15792€ (7×2256€).    Soit un coût TAP moyen de 174€ /enfant participant ! Au total 36096€ auraient donc dû être nécessaire pour assurer ces NAP aux 247 enfants inscrits. Soit un coût TAP moyen de 152€ /enfant participant

Question : 57060€ sont donc perçus alors que 36096€ auraient suffi ! 20964€ d’excédent par rapport à un coût raisonnable et raisonné ! Où sont-ils ? et qui en a bénéficié ? A Pulnoy, la municipalité en place a fait le choix de déléguer sa responsabilité d’organisation de ces NAP à ALPE (Association Locale des Parents d’Elèves) pour les 300 enfants des 2 écoles élémentaires et d’en garder l’organisation pour les 166 enfants des 2 écoles maternelles. L’excédent perçu de 20964€ se répartit donc entre ces 2 organisateurs, à hauteur de : 11674€ pour la mairie décomposé en 7700€ de subvention de l’état perçus pour les 154 enfants de l’élémentaire ne participant pas aux NAP  (et donc non reversés à ALPE) et 3974€ de « trop perçu » pour les NAP de maternelle (coût prétendu et effectivement perçu de 19766€ – coût effectif réel de 15792€). 9290€ pour ALPE qui a pu percevoir 29594€ pour 146 enfants (146×50€ de l’état reversés par la mairie + 146×54€ de la CAF+ 146×98,70€ des parents) alors que le coût effectif réel pour 146 enfants répartis sur 9 groupes n’est que de 20304€… Que seraient devenus ces excédents si ces NAP avaient été gratuites pour les familles ? La mairie  n’aurait pas perçu les 6552€ demandés aux parents d’enfants de maternelle (91×72€) et aurait donc ramené son bénéfice à 5122€ (11674-6552) ALPE n’aurait pas perçu les 14410€ demandés aux parents d’enfants d’élémentaire (146×98,70€) et aurait donc annulé son bénéfice et même enregistré un déficit de 5120€ (9290-14410). Ce « déficit ALPE » aurait pu être compensé par la mairie en utilisant à cet effet son bénéfice de 5122€, bénéfice qui aurait tout de même encore été de … 2€ (51122-51120) …! Conclusion : Ces Nouvelles Activités Périscolaires auraient donc dû, comme dans d’innombrables communes gérant judicieusement et prioritairement l’éducation de leurs jeunes,  être gratuites à Pulnoy !! Cela aurait pu éviter à l’équipe majoritaire de justifier faussement ce trop perçu de 11674€ en prétendant : -       payer plus d’heures de préparation que de besoin aux animateurs (36 payées alors que 9 suffisent) : soit 3402€ trop versés (36-9=27h x 7animateurs x18€/h) -       payer une soit disant nécessaire aide supplémentaire à la cantine : aide annoncée à 2382€ (CM du 21/09/2015) ! -       avoir des frais « administratifs » spécifiques aux NAP pour 166,136€ par mois sur 11 mois ! : frais annoncés à 1827€ (CM du 21/09/2015) ! -       avoir des frais de « mise à disposition des bâtiments » pour les 45 minutes quotidiennes après la classe … ! : frais annoncés à 6387€ (CM du 21/09/2015) ! Dans cette aberrante situation, tout est bon pour se justifier !… Cela aurait pu éviter aussi qu’on se demande ce qu’a fait ALPE avec le « trop perçu » de 9290€ : -       plus d’animateurs pour plus de groupes dans plus d’activités ? -       plus de matériel et de matériaux pour plus d’activités onéreuses ? -       plus d’heures de préparation aux animateurs pour plus d’activités originales et sophistiquées ? Ces questions n’attendent que des réponses … pour rassurer les parents sur l’utilisation de leur contribution financière à ces nouvelles activités périscolaires !

Gratuité pour les familles de ces NAP : quel intérêt pour les enfants et quel coût réel pour la commune ?

  • un intérêt capital : beaucoup plus d’enfants y participent La gratuité aurait, comme dans toutes les communes qui l’ont pratiquée, permis d’avoir un plus fort taux de participation des enfants à ces activités et donc de mieux atteindre  leur objectif premier : offrir à tous les enfants l’accès à des activités sportives, culturelles, artistiques qui contribueront à développer leur curiosité intellectuelle et à renforcer le plaisir d’apprendre et d’être à l’école.
  •  un coût réel relativement minime pour la commune : En entraînant une participation de plus de 70% des enfants à ces NAP - comme à Seichamps, Essey ou Tomblaine -, cette gratuité pour les familles aurait coûté  près de 6000€ à la commune : En effet, si les 3/4  des enfants avaient participé à ces NAP gratuites, 21 groupes d’activités auraient dû être constitués (12 groupes pour accueillir jusqu’à 215 des 300 élèves de l’élémentaire + 9 groupes pour 120 des 166 enfants de maternelle). La mise en œuvre et l’animation de  ces 21 groupes auraient alors coûté 47376€ (21x 2256€) alors que les subventions perçues de l’Etat et de la CAF se seraient élevées à 41390€ (466x 50€ + 335x 54€) : donc un abondement nécessaire de la commune de 5986€ (47376 - 41390) 6000€ de coût réel pour la commune ! à peine 0,2% de son budget de fonctionnement ! encore moins cher que le repas offert chaque année à une partie de nos séniors !! grâce à une subvention versée par la commune à hauteur de 7800€ en 2014 et 8245€ en 2015 !!

En résumé, A Pulnoy, la municipalité en place a préféré jouer la carte de la non gratuité et du tarif unique (quel que soit le quotient familial) de ces nouvelles activités, sous le faux prétexte que « tout a un prix et que rien ne doit être gratuit » !   Avec ce type de raisonnement, peut-être envisageront-ils un jour de faire aussi payer l’école !! En tout état de cause, le résultat sans doute escompté est là : la commune ne dépense rien pour favoriser cet accès de tous à la culture (elle fait même des bénéfices sur l’opération) et en 2014-2015, seul un enfant Pulnéen sur deux a eu le privilège de bénéficier de ces activités (lorsque ses parents ont pu ou bien voulu le leur payer). Vive l’égalité entre nos enfants !
Les élus d’opposition   Pulnoy.autrement@gmail.com Dominique DEVITERNE, Patrice HAUSERMANN, Isabelle BOHN, Jean ENEL

Revenir à l’article « Une gestion financière désolante des NAP »

19 novembre 2015

0 Commentaire

Solidarité et compassion

 

Solidarité et compassion

Paris-Paix-13nov2015_marianne

L‘équipe Pulnoy-Autrement, réunie autour des conseillers municipaux du groupe d’opposition élus de la liste Pulnoy2014, profondément marquée et meurtrie par ce qui s’est passé ce dernier vendredi 13 novembre à Paris tient à exprimer toute sa compassion et sa solidarité à tous ceux qui, victimes, familles, proches, ont été atteints par cette infâme et aveugle barbarie.

Nous sommes et resterons tous profondément marqués par ces événements, mais c’est avec détermination qu’il nous faut tous retrouver la Vie, notre vraie vie, telle que nous avons toujours tous voulu l’organiser, dans la liberté et l’égalité. Et c’est avec la même détermination que nous devons tous NOUS retrouver dans la fraternité, la solidarité et la laïcité, pour combattre tous ensemble et sans concession toutes les formes d’extrémisme, de fanatisme et d’obscurantisme ! En prenant garde de ne jamais faire l’amalgame entre une religion et ces extrémismes sombrant lâchement dans le terrorisme !
La République et ses valeurs l’emporteront toujours sur la haine et la terreur.

Militons sans relâche pour défendre nos modes de vie, nos diversités, nos cultures, mais toujours dans le respect de la liberté et de l’égalité et dans le bonheur de la fraternité et de la solidarité.


18 novembre 2015

0 Commentaire

Nouvelles Activités Périscolaires sur 2014-2015 : à Pulnoy, les parents ont payé et la commune a fait des bénéfices !!

Nouvelles Activités Périscolaires sur 2014-2015 : à Pulnoy,
les parents ont payé et la commune a fait des bénéfices !!

Le coût moyen déclaré par les communes :
Il est maintenant admis (enquête ministère, enquête AMF, enquêtes médias) que le coût raisonnable moyen de la mise en œuvre de ce Temps supplémentaire (TAP) de Nouvelles Activités Périscolaires (NAP) oscille entre 130 et 170€ par enfant et par an (moins de 150€ pour plus de 60% des communes et moins de 200€ pour plus de 80% des communes), selon la taille de la commune,  la diversité des activités proposés et le statut des animateurs (bénévoles associatifs, employés municipaux, …).
Pour soutenir chaque commune dans la prise en charge de ce coût, l’état verse annuellement 50€ par enfant scolarisé (que celui-ci participe ou non à ces NAP) et la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) verse 54€ pour chaque enfant participant pleinement à ces 108h annuelles de NAP (0.50€/h d’activité réellement effectuée).

Sans bénévolat pour l’animation et sans participation financière des parents, une commune peut donc assurer – sans dépenses supplémentaires – ces NAP pour au moins 50% à 55% de ses enfants scolarisés dans ses écoles.

A Pulnoy,
contrairement au choix de nombreuses communes, la majorité en place a – sans se soucier des conséquences des inégalités sociales – refusé l’idée de la gratuité de ces activités périscolaires pour les familles, craignant d’avoir à en prendre financièrement une partie en charge. Ainsi, pour 2014-2015, 98,70€ par élève de l’élémentaire et 72€ par enfant de maternelle ont été demandés aux parents.
En conséquence, seulement 53% des enfants (156/300 soit 52% en élémentaire et 91/166 soit 55% en maternelle) ont participé à ces NAP, de nombreuses familles contrariées par cette dépense supplémentaire n’ayant pas souhaité y inscrire leurs enfants.
Paradoxalement, ce faible taux de participation aurait  pu permettre un financement couvert par les seules subventions  de l’Etat et de la CAF.
A quoi a donc servi la participation financière des parents ??

Si on en croit le bilan affirmé par l’équipe municipale majoritaire au conseil municipal du 21/09/2015  : « les subventions perçues ajoutées aux contributions demandées aux parents auraient tout juste permis d’équilibrer le budget dévolu à ces NAP « … Ainsi, si on additionne ce qui est demandé aux parents à ce qui est perçu de l’état et de la CAF, le coût moyen de ce TAP par enfant atteindrait 237€ à Pulnoy !! c’est 87€ plus cher qu’en moyenne dans les autres communes !!

Démonstration :
Pour les 156 enfants
, des 300 scolarisés en élémentaire,  participant aux NAP, le montant perçu est de 38821€ (300×50€ de l’état + 156×54€ de la CAF + 156×98,70€ des parents). Soit un coût TAP moyen de 249€ /enfant participant !
Pour les 91 enfants, des 166 scolarisés en maternelle,  participant aux NAP, le montant perçu est de 19766€ (166×50€ de l’état+ 91×54€ de la CAF+ 91×72€ des parents). Soit un coût TAP moyen de 217€ /enfant participant !
Au total 58587€ sont donc perçus pour assurer les NAP à 247 enfants. Soit un coût TAP moyen de 237€ /enfant participant !

 

Et pourtant …
si on évalue rigoureusement
ce qui a été effectivement nécessaire
en animateurs et matériel pour assurer ces 3h hebdomadaires de NAP à ces 247 enfants, on est bien loin de ces exorbitants montants, et le coût moyen par enfant de ces NAP n’atteindrait alors que 146€ (130€ pour un enfant d’élémentaire et 174€ pour un enfant de maternelle) !!

Démonstration
L’animation de ces NAP peut se faire en groupe de maximum 14 élèves en maternelle et 18 élèves en élémentaire.
Le coût réel de la prise en charge d’un groupe par un animateur sur une année scolaire s’élève à 2256€ : 2106€ d’animation (3hx36semaines + 9h de préparation = 117h à 18€/h) + 150€ en matériel et/ou matériaux.
Pour les 156 enfants participant aux NAP en élémentaire, 9 groupes ont été nécessaires (6 groupes Moissonnerie + 3 groupes Masserine) , donc une dépense de 20304€ (9×2256€).  Soit un coût TAP moyen de 130€ /enfant participant !
Pour les 91 enfants participant aux NAP en maternelle, 7 groupes ont été nécessaires (5 groupes Quatre vents + 2 groupes Masserine) , donc une dépense de 15792€ (7×2256€).    Soit un coût TAP moyen de 174€ /enfant participant !
Au total 36096€ auraient donc dû être nécessaire pour assurer ces NAP aux 247 enfants inscrits. Soit un coût TAP moyen de 146€ /enfant participant !

 

 

Question :
58587€ sont donc perçus alors que 36096€ auraient suffi !
22491€ d’excédent par rapport à un coût raisonnable et raisonné !
Où sont-ils ? et qui en a bénéficié ?

A Pulnoy, la municipalité en place a fait le choix de déléguer sa responsabilité d’organisation de ces NAP à ALPE (Association Locale des Parents d’Elèves) pour les 300 enfants des 2 écoles élémentaires et d’en garder l’organisation pour les 166 enfants des 2 écoles maternelles.

L’excédent perçu de 22491€ se répartit donc entre ces 2 organisateurs, à hauteur de :
11174€ pour la mairie
décomposé en 7200€ de subvention de l’état perçus pour les 144 enfants de l’élémentaire ne participant pas aux NAP  (et donc non reversés à ALPE) et 3974€ de « trop perçu » pour les NAP de maternelle (coût prétendu et effectivement perçu de 19766€ – coût effectif réel de 15792€).
11317€ pour ALPE qui a pu percevoir 31621€ pour 156 enfants (156×50€ de l’état reversés par la mairie + 156×54€ de la CAF+ 156×98,70€ des parents) alors que le coût effectif réel pour 156 enfants répartis sur 9 groupes n’est que de 20304€…

Que seraient devenus ces excédents si ces NAP avaient été gratuites pour les familles ?
La mairie
 n’aurait pas perçu les 6552€ demandés aux parents d’enfants de maternelle (91×72€) et aurait donc ramené son bénéfice à 4622€ (11174-6552)
ALPE n’aurait pas perçu les 15397€ demandés aux parents d’enfants d’élémentaire (156×98,70€) et aurait donc annulé son bénéfice et même enregistré un déficit de 4080€ (11317-15397).
Ce « déficit ALPE » aurait pu être compensé par la mairie en utilisant à cet effet son bénéfice de 4622€, bénéfice qui aurait tout de même encore été de 542€ (4622-4080), soit un bénéfice d’un peu plus de 2 euros par enfants ayant participé aux NAP !!!

 

 

Conclusion :
Ces Nouvelles Activités Périscolaires auraient donc dû, comme dans d’innombrables communes gérant judicieusement et prioritairement l’éducation de leurs jeunes,  être gratuites à Pulnoy !!

 

Cela aurait pu éviter à l’équipe majoritaire de justifier faussement ce trop perçu de 11174€ en prétendant :
-       payer plus d’heures de préparation que de besoin aux animateurs (36 payées alors que 9 suffisent) : soit 3402€ trop versés (36-9=27h x 7animateurs x18€/h)
-       payer une soit disant nécessaire aide supplémentaire à la cantine : aide annoncée à 2382€ (CM du 21/09/2015) !
-       avoir des frais « administratifs » spécifiques aux NAP pour 166,136€ par mois sur 11 mois ! : frais annoncés à 1827€ (CM du 21/09/2015) !
-       avoir des frais de « mise à disposition des bâtiments » pour les 45 minutes quotidiennes après la classe … ! : frais annoncés à 6387€ (CM du 21/09/2015) !
Dans cette aberrante situation, tout est bon pour se justifier !…

Cela aurait pu éviter aussi qu’on se demande ce qu’a fait ALPE avec le « trop perçu » de 11317€ :
-       plus d’animateurs pour plus de groupes dans plus d’activités ?
-       plus de matériel et de matériaux pour plus d’activités onéreuses ?
-       plus d’heures de préparation aux animateurs pour plus d’activités originales et sophistiquées ?
Toutes ces questions n’attendent que des réponses … pour rassurer les parents sur l’utilisation de leur contribution financière à ces nouvelles activités périscolaires !

 

 

 

Gratuité pour les familles de ces NAP :
quel intérêt pour les enfants et quel coût réel pour la commune ?

  • un intérêt capital : beaucoup plus d’enfants y participent
    La gratuité aurait, comme dans toutes les communes qui l’ont pratiquée, permis d’avoir un plus fort taux de participation des enfants à ces activités et donc de mieux atteindre  leur objectif premier : offrir à tous les enfants l’accès à des activités sportives, culturelles, artistiques qui contribueront à développer leur curiosité intellectuelle et à renforcer le plaisir d’apprendre et d’être à l’école.
  •  un coût réel relativement minime pour la commune :
    En entraînant une participation de plus de 70% des enfants à ces NAP - comme à Seichamps, Essey ou Tomblaine -, cette gratuité pour les familles aurait coûté  près de 6000€ à la commune :
    En effet, si les 3/4  des enfants avaient participé à ces NAP gratuites, 21 groupes d’activités auraient dû être constitués (12 groupes pour accueillir jusqu’à 215 des 300 élèves de l’élémentaire + 9 groupes pour 120 des 166 enfants de maternelle). La mise en œuvre et l’animation de  ces 21 groupes auraient alors coûté 47376€ (21x 2256€) alors que les subventions perçues de l’Etat et de la CAF se seraient élevées à 41390€ (466x 50€ + 335x 54€) : donc un abondement nécessaire de la commune de 5986€ (47376 - 41390)
    6000€ de coût réel pour la commune ! à peine 0,2% de son budget de fonctionnement !
    encore moins cher que le repas offert chaque année à une partie de nos séniors !! grâce à une subvention versée par la commune à hauteur de 7800€ en 2014 et 8245€ en 2015 !!

 

 

 

En résumé,

A Pulnoy, la municipalité en place a préféré jouer la carte de la non gratuité et du tarif unique
(quel que soit le quotient familial) de ces nouvelles activités, sous le faux prétexte que « tout a un prix et que rien ne doit être gratuit » !  Avec ce type de raisonnement, peut-être envisageront-ils un jour de faire aussi payer l’école !!

En tout état de cause, le résultat sans doute escompté est là :

la commune ne dépense rien pour favoriser cet accès de tous à la culture (elle fait même des bénéfices sur l’opération) et en 2014-2015, seul un enfant Pulnéen sur deux a eu le privilège de bénéficier de ces activités (lorsque ses parents ont pu ou bien voulu le leur payer).

Vive l’égalité entre nos enfants !

 

Les élus d’opposition   Pulnoy.autrement@gmail.com         
Dominique DEVITERNE, Patrice HAUSERMANN, Isabelle BOHN, Jean ENEL

7 novembre 2015

0 Commentaire

Rapide bilan sur quelques dossiers encore communaux …

Fin 2014 nous nous interrogions sur les réponses envisagées par l’équipe majoritaire aux quelques dossiers encore sous gestion communale. Un an plus tard, quel bilan par rapport à nos propositions ?
(1) politique associative : si le soutien aux associations est resté stable, la suppression par regroupement de plusieurs des rares manifestations festives à destination de la jeunesse sur notre commune est regrettable !
(2) politique éducative :
- du négatif :
la conséquence de la non gratuité des nouvelles activités  périscolaires, que nous redoutions sur leur fréquentation par les enfants s’est avérée ! Initialement prévues pour tous, c’est moins d’1 élève sur 2 qui y participe !  Et pourtant, la commune perçoit une subvention annuelle de l’état, devenue pérenne, de 50€ pour chaque enfant scolarisé …
- du positif : notre proposition de réhabilitation de l’espace scolaire « Moissonnerie 1 » semble avoir fait son chemin. L’abandon du projet immobilier sur le  quartier devrait soulager les riverains …
(3) politique des transports : l’opposition au plan initial de circulation a été entendue par le Grand Nancy et les lignes de bus ont été simplifiées.
(4) politique foncière :
poursuite, hélas, du projet « 2e Golf / Habitat »,  avec à la clé une nouvelle densification de l’habitat autour du collège !
Rejoignez-nous et donnez votre point de vue en écrivant à   pulnoy.autrement@gmail.com

Vos élus d’opposition
Dominique Deviterne, Patrice Hausermann, Isabelle Bohn, Jean Enel

21 mai 2015

0 Commentaire

susceptibilité permanente et intolérance à la contradiction …

Une permanente susceptibilité ajoutée à une totale intolérance à la contradiction conduit inexorablement Mme le Maire de Pulnoy à déconsidérer avec arrogance ses interlocuteurs « contestataires ».
Comme tout citoyen qui ose poser une question « gênante » ou apporter un point de vue  « contradictoire », nous, conseillers municipaux d’opposition faisons souvent les frais de ce tempérament particulièrement  inadapté à la fonction !

Ainsi, poussée par cette constante et regrettable façon d’être et de réagir,  Mme le Maire n’a donc pas hésité un instant à utiliser sa page d’édito du précédent numéro du Pulnoy en Bref (n°100, mars 2015) pour nous accuser – sans nous nommer explicitement – des pires intentions dans nos écrits du petit espace dit de « libre expression politique ».

 photo_edito_PenB_n°100_mars2015_zoom_v6_10Mo

En relisant cet édito, et plus particulièrement son paragraphe sur la « tribune d’expression » attribuées  aux « élus des groupes majoritaires et minoritaires », vous comprendrez alors nos commentaires dans notre encart « libre expression politique » du numéro 101 à paraître ce mois de mai. Il s’agit, dans notre esprit, d’une ultime mise au point dans cet espace d’expression :

Si cette intolérance à la libre expression de points de vue et cette permanente susceptibilité aux frontières paranoïaques devaient perdurer, nous limiterions alors notre expression dans cet espace à un simple appel à retrouver nos points de vue et commentaires sur notre site/blog.

19 mars 2015

0 Commentaire

A lire et relire pour ne pas céder à la facilité de l’abstention, meilleur laisser-passer de l’extrême …

Lire attentivement cette analyse de C. Taubira et ne pas se tromper de combat
et surtout
ne pas se réfugier dans la facilité de l’abstention !

Voter est un droit, mais aussi un devoir citoyen.
S’abstenir, c’est signer le laisser-passer de ce que vous ne voulez pourtant pas !

On nous prédit l’apocalypse.
Il est en effet fort probable que l’arithmétique électorale des dimanches 22 et 29 mars donne à nouveau la mesure du désarroi, de la confusion et de la colère.
Les difficultés économiques issues de deux quinquennats dépensiers, dont le dernier a non seulement dilapidé la richesse nationale dans des cadeaux fiscaux mais en plus creusé les inégalités, sont durement vécues par certains de nos concitoyens et suscitent grand désarroi. Le chômage de masse, la pauvreté persistante, la précarité rampante, le recul des services publics isolent, et génèrent de la peur et de la colère. Les attentats de janvier ont instillé un sentiment de vulnérabilité collective.
Les harangues venimeuses, les diatribes vénéneuses, les démagogies ricanantes inoculent de la confusion. Pourtant elles ne font que trahir les calculs sordides de dirigeants aux convictions instables mais à l’idéologie inchangée. Car il faut se souvenir.
Oui, il existe depuis longtemps, structurellement depuis la Révolution française, un courant politique qui n’a que faire de la patrie quand ses intérêts particuliers y sont contraires, mais toujours prompt à s’emparer de la Nation pour la dévoyer et la souiller en alibi du rejet de l’autre et du repli sur soi.
Oui ce courant politique est reconnaissable, malgré ses travestissements en défenseur du peuple ou gardien des traditions, car il reste opposé à la République qui nous fait vivre ensemble, tout en parasitant les institutions républicaines ; il est reconnaissable car il a des invariances, telles que ces obsessions sur la composition de la population.
Oui il a déjà trouvé un chef d’aubaine pour le mener aux portes du pouvoir ; ces forces rétrogrades et antirépublicaines étaient en effet bien à la manœuvre dans l’entourage du général Boulanger qui, déjà, ralliait des progressistes et des démocrates égarés.
Non, il n’y a aucune perspective de progrès dans l’esbroufe antisystème de ceux qui séduisent en dérobant le vocabulaire de la Révolution et de la République, mais maraudent pour grappiller les avantages du système.
Non, les ennemis intimes de la République, de la démocratie, de la laïcité ne peuvent en devenir les gardiens.
Non, ceux qui dérapent ne dérapent pas, ils avouent.

Mais les Français, toujours, finissent par se venger d’avoir été entraînés dans les basses eaux de la haine et le ressac de toutes les rancœurs, après avoir été trompés sur le prétendu déclin de la France et oublié pour un temps l’idée même de ce qu’est ce pays.
En dépit des fragilités et des souffrances, des millions de Français tiennent visière haute dans la tempête et gardent dignité et courage. Ils poursuivent en proximité l’expérience du dialogue, de la solidarité et de la convivialité, malgré l’épreuve quotidienne de la difficulté et de l’inquiétude, y compris celle de la désillusion commune, du désespoir partagé. Ceux-là n’auront à se venger de rien car ils n’auront rien à se faire pardonner. Prenant appui sur vous, nous continuerons à écrire l’Histoire de ce pays qui regorge des talents de toutes sortes de ses citoyens de toutes conditions.
A nous, par nos politiques de justice sociale et d’inclusion républicaine, de faire éclore à nouveau l’espoir sur le terreau de cette dignité et de ce courage.
Christiane Taubira, mars 2015


12 février 2015

0 Commentaire

Regrettables récupérations « majoritaires » des publications municipales

De regrettables récupérations « majoritaires » des publications municipales
ont pu être malheureusement constatées ce dernier mois de janvier.

  • La première, massive, dans le Bulletin municipal annuel (2014, paru en janvier 2015) où l’équipe majoritaire s’est arrogée un « droit de réponse » immédiat à notre petite colonne annuelle de la rubrique n°6 « Tribune libre » de cette publication municipale. Plus qu’un abusif « droit de réponse », il s’agit en réalité d’une opération de décrédibilisation point par point de notre article par une série d’affirmations s’appuyant, certes sur des données puisées dans les « documents municipaux », mais aussi et surtout sur de grossières et maladroites manipulations* de leurs exploitation et présentation.
    [* chacune de ces « manipulations » fera très prochainement l’objet d’une présentation sur ce site. Vous pouvez toutefois d’ores et déjà consulter l’extrait de notre article à ce sujet dans notre « petit journal  Pulnoy autrement » de ce 1er trimestre 2015, en cour de distribution :
    fichier pdf Publications_municipales_majoritaires_janv2015 ]
  • La seconde, plus discrète, mais tout aussi manipulatrice, dans le dernier « Pulnoy en Bref » (N°99, janvier 2015) où, dans son éditorial, Mme le Maire n’a pas résisté à un « emballage politico-polémique » de l’annonce du prochain recrutement d’un  Agent  de Surveillance  de  la  Voie  Publique et du nécessaire remplacement d’un de nos Gardiens de  Police  Municipale. Elle laisse fallacieusement croire, en une seule tournure de phrase,  que (1) ces recrutements seraient un réel effort dans un budget contraint et (2) que cette opération n’aurait  pas  l’approbation  des  élus  d’opposition ! Ces deux « suggestions » s’avérant évidemment complétement fausses. Vous pouvez consulter l’extrait de notre article à ce sujet dans notre « petit journal  Pulnoy autrement » de ce 1er trimestre 2015, en cour de distribution :
    fichier pdf Publications_municipales_majoritaires_janv2015

19 janvier 2015

0 Commentaire

2014, le « changement » dans la continuité … sans services nouveaux, mais avec hausses d’impôts …

2014, le « changement » dans la continuité … sans services nouveaux, mais avec hausses d’impôts …

Bulletin Municipal – Janvier 2015

Vous venez, il y a quelques semaines de contribuer aux recettes budgétaires de notre commune via l’acquittement des impôts locaux. Comme vous le savez, c’est l’équipe municipale majoritaire qui, pour la part communale, décide chaque année de l’évolution des taux d’imposition des occupants locataires et/ou propriétaires des logements de notre commune.

Constat :
La municipalité en place n’a cessé d’augmenter ces impôts en utilisant inexorablement de fallacieuses justifications !

Démonstration :
Deux justifications de cette hausse régulière de ces impôts sont principalement utilisées par l’équipe municipale majoritaire :

(1) l’ajustement à l’augmentation du coût de la vie (inflation) :

  • en réalité, il est largement réalisé grâce à l’augmentation indexée de la valeur locative du logement, base sur laquelle votre impôt est calculé :
    ces 10 dernières années, augmentation de 18,6% pour une inflation de 17,8% ! Nul besoin donc d’augmenter le taux pour compenser l’inflation !

(2) la prévision du financement de charges ou besoins nouveaux
(en investissement ou en fonctionnement) :

  • en réalité, si cette justification est réelle pour certains projets, elle s’avère parfois plus que fallacieuse :
    ces 10 dernières années, 26,5% d’augmentation du taux communal de la taxe d’habitation et 34,1% du taux intercommunautaire !
    Les services à la population ont-ils pour autant augmenté dans les mêmes proportions ?… ou a-t-on simplement assisté à un accroissement surdimensionné du coût de «l’administration municipale» (logistique, nombre et niveaux des emplois, …) ?…

La situation Pulnéenne sur 2013/2014 en est la démonstration :
en 2013, décision de la précédente municipalité d’augmenter de 4% ces impôts locaux, en expliquant 2% par l’inflation … et 2% par la prévision de la nouvelle charge d’organisation des « Temps d’Activités Périscolaires » (TAP) pour tous les enfants scolarisés à Pulnoy.

  • en réalité, c’est « Tout bénéfice » pour 2013 où ces TAP n’ont pas été mis en place ! Mais aussi « Tout bénéfice » pour 2014 et suivantes, puisque la nouvelle municipalité a malheureusement décidé de faire payer les parents ! et ce, malgré les 2% d’impôts de plus et le bénéfice d’une dotation spécifique de 22600€ versée par l’état pour TOUS les enfants scolarisés à Pulnoy ! (cf notre article Pulnoy en Bref de juillet 2014).

Bilan :
Les Pulnéens se retrouvent dans une commune où :
- la part communale des impôts locaux est parmi les plus élevées de la Communauté Urbaine (cf Est Républicain, jeudi 16 octobre 2014),
- la hausse du taux communal de ces impôts est, de manière inavouée, essentiellement liée à une augmentation constante et importante des charges en logistique municipale et personnel :
augmentation de plus de 100% des charges en personnel au cours des 2 derniers mandats (données www.proxiti.info/budget-commune),
- la part budgétaire des charges en personnel atteint des proportions excessives pour une ville de cette taille et au prorata des services gratuits rendus aux habitants :
en 2012, 55% du budget, contre 38% à Seichamps, 44% à Saulxures, deux communes voisines comparables, et même 47% à Nancy.

Votre avis ? Rejoignez-nous sur  http://pulnoyautrement.unblog.fr/

Que 2015 soit pour vous, Pulnéennes et Pulnéens, une très bonne année pleine de sérénité, de perspectives et de réussites.

Vos élus d’opposition          pulnoy.autrement@gmail.com      
Dominique Deviterne, Patrice Hausermann, Isabelle Bohn, Jean Enel

1 janvier 2015

0 Commentaire

Le temps des dépenses extraordinaires est terminé !

Pour le Grand Nancy comme pour Pulnoy, le temps des dépenses extraordinaires est terminé !
Surtout lorsqu’il s’agit, de surcroît, d’investissements totalement inutiles à la grande majorité des citoyens, comme c’est le cas pour un second Golf à Pulnoy !

Ce n’est malheureusement pas le seul exemple d’erreurs d’investissement dont la majorité au Grand Nancy semble devenir coutumière .
Hervé Féron, leader de l’opposition au Grand Nancy, nous a d’ailleurs invité à faire le point dans un article de l’Est Républicain du lundi 22 décembre dernier :

Article1 Feron déc2014 Priorites a gauche vdef

Le premier exemple évoqué est bien sur « le second golf » à Pulnoy … suivent aussi de nombreux autres exemple d’investissements ou de projets d’investissements d’un niveau tout aussi peu souhaitables dans la conjoncture actuelle : le Centre Prouvé, l’extension du Musée Lorrain, le Tram …, Nancy Thermal, Picot, parking Thiers, Stan Lib, …

Dans une période où (1) la modération de l’endettement s’impose (on ne peut indéfiniment faire supporter le paiement d’investissements irréfléchis voire inutiles à nos enfants et petits enfants !) et (2) la baisse des dotations de l’état est inéluctable (on ne peut en effet demander « à l’Etat » de réduire drastiquement ses dépenses sans que cela s’accompagne d’une baisse proportionnelle des dotations distribuées aux collectivités !),  le niveau de l’investissement public de notre commune comme de notre communauté de communes ne pourra en aucun cas se maintenir au même niveau que les années passées et les objets de cet investissement devront se recentrer sur « de l’utile pour tous » pour les années à venir.

Quelques encarts de la pleine page de l’Est Républicain du lundi 22 décembre dernier développent ce point de vue et détaillent quelques uns de ces exemples :

Article1 Feron déc2014 Priorites a gauche ter

Article5 Feron déc2014 musee lorrain

Article3 Feron déc2014 parking thiers

Article6 Feron déc2014 Stan lib velos

A suivre ….!

 

10 décembre 2014

0 Commentaire

2014 tire à sa fin … nous restons sur notre faim …

2014 tire à sa fin …  nous restons sur notre faim ...

Trois trimestres de fonctionnement de la nouvelle municipalité auraient dû permettre une définition claire de l’orientation de chacun des quelques dossiers encore sous gestion communale. Bien au contraire, tout semble éteint et des réponses claires à plusieurs questions tardent à venir :
(1) politique associative : quel avenir et quel soutien aux associations maitres d’œuvre des manifestations festives sur notre commune ?
(2) politique éducative : quelle conséquence de la non gratuité des « Temps d’Activités Périscolaires » sur le taux de leur fréquentation par les enfants Pulnéens et quelle utilisation du fonds d’amorçage versé par l’état pour TOUS les élèves scolarisés dans nos écoles ?
(3) politique foncière : pourquoi persister dans le projet « Extension Golf – Habitat » sans consultation préalable des Pulnéens ? Pourquoi nier ainsi leur adhésion à la conservation de larges espaces verts accessibles à tous et leur opposition à la densification de l’habitat?
(4) politique des transports : quelles réponses aux demandes réitérées des Pulnéens de réorganisation et surtout simplification des lignes de bus et navettes à travers Pulnoy ?
(5) politique de sécurité publique : que devient la police municipale ?

 Votre avis ? Faites-nous vos commentaires sur ce blog !

Vos élus d’opposition                     Pulnoy.autrement@gmail.com 
Dominique DEVITERNE, Patrice HAUSERMANN, Isabelle BOHN, Jean ENEL

25 septembre 2014

0 Commentaire

Temps de l’été … temps des coups fourrés ?… Pulnoy en Bref n°97 – septembre 2014

Temps de l’été : temps des coups fourrés ?…

La bonne vieille technique d’utilisation de la pause estivale pour faire ce que l’on avait pourtant laissé croire qu’on ne ferait pas, c’est ce que vient de faire notre maire et son équipe « majoritaire » avec la fermeture du cheminement piétonnier face au collège !!!
Suite à l’impossibilité de vente de ce chemin (servitude GDF), le maire avait pourtant admis que l’utilité de cette fermeture devait faire l’objet d’une réflexion plus approfondie (enquête auprès de tous les utilisateurs et non uniquement des quelques riverains) avant une nouvelle décision du conseil ! C’était aussi l’occasion de montrer son souci de « faire des économies » !
Et bien NON ! rien de tout cela !  juste une précipitation à la faveur de l’été pour  dépenser en catimini l’approvisionnement budgétaire de 3000 € pour l’achat et la pose d’une porte métallique d’un côté et d’un grillage rigide de l’autre. Un bel espace clos … pour qui ? Tout cela au détriment de la sécurité de nos collégiens et des usagers des transports en commun, nombreux à emprunter ce chemin.

Bel exemple de gaspillage de l’argent public par notre municipalité, à l’heure où un effort collectif budgétaire s’impose !

Vos élus d’opposition
Dominique Deviterne, Patrice Hausermann, Isabelle Bohn, Jean Enel

1...910111213

Agroecologie à Chaponost |
Photothèque de la section M... |
Clubretraitesrencontres8618... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Village de la Solidarité In...
| La C.A.T.A.STROPHE
| Flightteam2015